La saponification est définie comme la réaction entre un corps gras contenant des acides gras et une base. Il en résultera du savon et de la glycérine.
Pour obtenir un savon dur, la réaction de saponification se fera avec la base « NaOH », c’est-à-dire la soude caustique.
Pour obtenir un savon mou, la réaction se fera avec la base « KOH », c’est-à-dire la potasse.
Les propriétés détergentes d un savon va dépendre des huiles, beurres ou graisses utilisées pour la réaction.
 
La saponification à froid :
C’est une réaction entre la soude (NaOH) qu’on dilue dans l’eau et un, ou plusieurs corps gras.
Pour cette fabrication, les huiles ne sont pas chauffées, d’où le terme « à froid », ce qui permet aux huiles de garder toutes leurs propriétés.
La glycérine, formée par cette réaction, hydrate la peau. Les huiles insaponifiées nourrissent la peau. Le surgraissage assure la non causticité du savon et aide à préserver le film hydrolipidique de l’épiderme.
Un savon doit reposer minimum 4 semaines après sa confection, c’est le temps de « cure ».
Bien qu’on ne retrouve pas ce savon dans la nature, ses eaux résiduelles sont totalement biodégradables et inoffensives pour l’environnement.
Depuis la nuit des temps les hommes utilisent les savons, mais le plus ancien encore utilisé de nos jours est celui d’Alep qui est fait à base d’huile d’olive et d’huile de baie de laurier.